World Rainforest Movement

SinksWatch: une initiative non gouvernementale pour le suivi des projets de plantations d’arbres en tant que puits de carbone

Pendant que les gouvernements de la 7e Conférence des parties de la Convention-Cadre sur les Changements climatiques (COP7), tenue à Marrakech en 2001, mettaient au point la décision qui instituait les puits de carbone en éligibles pour des crédits, d’après les Mécanismes de développement propre (MDP) du Protocole de Kyoto, un groupe d’ONG donnaient naissance à SinksWatch, une initiative de suivi et de surveillance des projets de puits de carbone associés au Protocole de Kyoto.

SinksWatch est une initiative du Mouvement mondial pour les forêts tropicales (WRM), dirigée par le Bureau de soutien du Nord du WRM et mise en place par FERN. L’objectif de SinksWatch est de faire le suivi et de contrôler les projets de piégeage de carbone liés au Protocole de Kyoto ainsi que de faire prendre conscience de la menace que ceux-ci représentent pour les forêts et les autres écosystèmes, pour les peuples des forêts et pour le climat. SinksWatch centre son action sur les projets de puits basés sur des plantations d’arbres et, en particulier, sur les plantations occupant des terres où les droits d’usage et la propriété sont l’objet de disputes.

SinksWatch reconnaît qu’il existe des liens étroits entre les forêts et le changement climatique et insiste sur la nécessité de considérer ces liens en respectant l’importance du rôle des forêts en ce qui concerne l’adaptation au changement climatique et la protection contre les impacts des événements climatiques extrêmes, sans justifier la libération continue, additionnelle et permanente de carbone provenant de la consommation des combustibles fossiles.

Pourquoi une telle initiative?

L’intégration des projets de puits de carbone au Mécanisme de développement propre du Protocole de Kyoto autorisera la libération continue et permanente de carbone en provenance des combustibles fossiles, en échange du stockage temporaire de carbone dans les arbres. Les crédits dérivés des puits augmentent ainsi la quantité de carbone de la réserve active de carbone et ne font que transférer la nécessité urgente de réduire les émissions de gaz à effet de serre aux générations à venir.

SinksWatch fera un suivi des projets de puits de carbone, exposera les désavantages de leur intégration au schéma de calcul du Protocole de Kyoto et œuvrera pour une prise de conscience des conséquences que pourrait entraîner le fait d’ignorer les différences cruciales existantes entre le carbone stocké par les combustibles fossiles et le carbone stocké dans les arbres:

Le carbone stocké dans les combustibles fossiles n’interagit presque pas avec le carbone de l’atmosphère. Il est bloqué de façon “sure” en dehors de la réserve active de carbone et reste stocké en permanence dans les combustibles fossiles. Le carbone des combustibles fossiles entre à l’atmosphère principalement lorsque les hommes décident d’extraire et de brûler ces combustibles fossiles. Il n’y a pas de flux inverse vers la réserve de carbone stockée dans les combustibles fossiles, tout au moins à l’échelle temporelle des discussions du Protocole de Kyoto.

Le carbone stocké dans les arbres, les forêts et les autres écosystèmes est en interaction permanente avec le carbone de l’atmosphère. Il fait partie de la réserve active de carbone et il est fréquemment libéré dans l’atmosphère lors des incendies, des fléaux d’insectes, de la décomposition et de la respiration des végétaux, de la coupe et du déboisement pour l’agriculture. Le stockage de carbone dans les arbres n’est donc que temporaire.

D’après le schéma de calcul du Protocole de Kyoto, pour chaque tonne de carbone stockée dans un arbre, une tonne équivalente de carbone provenant de combustibles fossiles peut être libérée dans l’atmosphère. Le concept sous-jacent selon lequel “du carbone, c’est du carbone” ignore les différentes interactions de ces réserves de carbone avec l’atmosphère, une différence essentielle en ce qui concerne le changement climatique. Le résultat est que, pour chaque crédit-carbone émis en fonction du MDP, la réserve de carbone actif (celle qui détermine le climat global) augmente, même si, pendant un certain temps, cette augmentation n’est pas évidente parce que le carbone est temporairement stocké dans un arbre.

Pourquoi se focaliser sur les plantations?

En dehors des erreurs sous-jacentes véhiculées par les crédits basés sur les puits de carbone, le Protocole de Kyoto mobilise également les mauvaises motivations. Il focalise l’attention sur le piégeage de carbone et non pas dans les réservoirs de carbone: plus un arbre pousse rapidement, plus de crédits l’on obtient. Ceci mène à promouvoir les plantations à grande échelle. Il y a déjà des exemples évidents de ces subventions nocives, le plus clair étant le Projet Plantar du Brésil (voirs Bulletins Nº 65 et 66 du WRM). Les impacts sociaux et environnementaux négatifs des plantations d’arbres à grande échelle sont bien documentés. Ces plantations entraînent souvent de la pauvreté, augmentent les inégalités, peuvent nuire à la sécurité alimentaire, épuisent les réserves d’eau et les ressources du sol et réduisent radicalement la diversité biologique, pour citer seulement les impacts les plus évidents. Elles sont, par ailleurs, très vulnérables aux incendies et aux fléaux d’insectes, ce qui déstabilise encore davantage leur rôle déjà incertain de stockage de carbone.

Sinks Watch considère que ni la plantation d’arbres destinée à obtenir des crédits, ni le système de calcul de carbone du Protocole de Kyoto, ne combattront les causes profondes de la crise globale des forêts. Au contraire, les crédits des puits de carbone courent le risque d’exacerber aussi bien la crise mondiale des forêts que le changement climatique. SinksWatch contrôlera donc les projets dont l’objet est d’acquérir des crédits en fonction des mécanismes flexibles du Protocole de Kyoto, en particulier le MDP. SinksWatch se propose de fonctionner en tant que centre de diffusion d’information sur les projets de puits de carbone associés au Protocole de Kyoto et de faciliter la coordination entre les personnes lésées par les projets de puits du MDP. Prochainement un site Web sera disponible avec des informations plus détaillées sur des projets actuels de puits ainsi que sur les erreurs sous-jacentes des puits de carbone à l’adresse www.sinkswatch.org. SinksWatch travaille en étroite collaboration avec CDM Watch, une initiative pour le suivi des projets du MDP qui ne sont pas liés aux puits de carbone. SinksWatch fournit régulièrement des mises à jour aux ONG qui travaillent sur des sujets en relation avec les forêts et se propose de soutenir les groupes et les organisations touchées par des projets de puits de carbone afin qu’elles puissent faire face à ces projets de façon efficace.
Pour plus d’information sur SinksWatch, contacter Jutta Kill (jutta@fern.org), SinksWatch c/o FERN 1c Fosseway Business Centre, Stratford Road, Moreton-in-Marsh, GL56 9NQ, UK. Téléphone: +44 1608 652 895 Fax: +44 1608 652 878

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *