Mouvement mondial pour les forêts tropicales

8 mars | Journée des Femmes

Les femmes, notamment celles qui dépendent des forêts pour vivre et subvenir à leurs besoins, mènent de nombreuses luttes.

Les femmes, notamment celles qui dépendent des forêts pour vivre et subvenir à leurs besoins, mènent de nombreuses luttes.

Beaucoup de femmes dirigent divers fronts de résistance contre les violentes menaces contre leurs territoires, leurs communautés, leurs cultures ancestrales et leurs vies. Beaucoup d’entre elles ont aussi dénoncé et continuent de dénoncer le caractère patriarcal et raciste du système capitaliste. D’autres encore affrontent aussi les comportements machistes et sexistes à l’intérieur de leurs propres communautés, familles et même mouvements de lutte. Cette discrimination tend à occulter la dignité de leur travail et leurs connaissances, à contrecarrer leurs efforts d’émancipation et d’autonomisation, et à menacer leur leadership avec le harcèlement et la violence.

Les différentes formes de violence que subissent quotidiennement beaucoup de femmes peuvent augmenter considérablement avec l’arrivée de plantations industrielles dans leurs territoires. De nombreux facteurs causent cette augmentation, notamment la perte des terres agricoles, la contamination des sources d’eau et des sols par l’utilisation des produits agrotoxiques et l’interdiction de se déplacer librement sur leurs territoires. Mais l’impunité généralisée, le harcèlement et les abus sexuels y contribuent également.

La Journée des Femmes est en partie un appel à nous joindre à leurs luttes contre la violence et la discrimination, et un appel à briser le silence sur la sévérité de leur oppression, les abus sexuels, la dépossession des libertés et du droit des femmes de décider elles-mêmes de leurs corps et de leurs vies. Le WRM s’unit à cet appel solidaire, avec un profond respect pour les innombrables luttes des femmes autochtones, paysannes, noires, quilombolas, pêcheuses, artisanes et guérisseuses pour défendre avec dignité leurs territoires et leurs vies.

Parce que la destruction des forêts et des territoires n’est pas seulement capitaliste et extractiviste, mais aussi patriarcale et raciste !

Articles recommandés:

Résistances à l’extractivisme des femmes défenseures des territoires en Amérique latine

Les femmes dans la lutte contre les mines à El Salvador : « Nous sommes un essaim d’abeilles »

Philippines : la défense des défenseurs, la défense des droits

Inde : femmes, communs et patriarcat

Femme et foncier au Cameroun : entre lois et réalité

La femme et le palmier à huile traditionnel : Une lutte pour la vie

Liberia : Les femmes font entendre leur voix dans les processus de prise de décision

Réinventer le bien-être : des villages de Korchi taluka, en Inde, résistent à l’exploitation minière et ouvrent des espaces de gouvernance autonome

« Nous voulons récupérer nos terres ! » disent les femmes

Briser le silence : harcèlement, violences sexuelles et abus à l’encontre des femmes à l’intérieur et autour des plantations industrielles de palmiers à huile et d’hévéas

Pour de plus amples informations sur les luttes des femmes dans les forêts, veuillez accéder au lien suivant : https://wrm.org.uy/fr/?p=626 

Pour en savoir plus sur les femmes qui vivent à l’intérieur et à proximité des plantations industrielles, veuillez accéder au lien suivant : https://wrm.org.uy/fr/?p=654