Mouvement mondial pour les forêts tropicales




Aires protégées et forêts à haute valeur de conservation

La création d’aires protégées est une méthode de conservation “colonialiste” initiée aux Etats-Unis et exportée dans le reste du monde. Durant plus d’un siècle, cette méthode a été le modèle de conservation dominant. L’impact sur les peuples indigènes a été terrible comme, bien paradoxalement, sur l’environnement. La création des aires protégées a exproprié les territoires indigènes, détruisant les cultures indigènes tout en transformantles populations locales en ennemi de la conservation. Cette méthode de conservation ne crée pas seulement d’énormes problèmes de gestion mais elle perturbe aussi le système traditionnel d’utilisation des sols, durablement favorable à la biodiversité.Cette conception verticale de la conservation génère par ailleurs un fort coût politique : elle affaiblit les institutions traditionnelles en renforçant le pouvoir des Etats, source, trop souvent, d’abus de pouvoir et de violations des droits de l’homme.

Le dernier exemple en date d’aires protégées est le concept deForêts à haute valeur de conservation (FHVC). Cet instrument conceptuel était destiné à l’origine à optimiser, par la création de zones, la gestion du paysage forestier. Initié comme un système de certification volontaire (FSC), le FHVCest aujourd’hui le concept promu par les entreprises, les gouvernements et les grandes ONG conservatrices.

Livres et rapports

Vidéos

Les articles du bulletin WRM

Autres informations pertinentes