Mouvement mondial pour les forêts tropicales

L’industrie minière est un problème et doit être traitée en conséquence

Le concept de “durabilité” se vide de plus en plus de contenu, en particulier lorsqu’il est utilisé par ceux qui s’adonnent à des activités fondamentalement non durables. Parmi ces activités, il faut en mentionner une qui est non durable par définition: l’exploitation minière. Certes, on peut argumenter que les mines sont nécessaires pour fournir aux êtres humains une diversité de biens, mais ce qu’on ne peut pas dire c’est qu’il s’agisse là d’une activité durable, puisqu’elle est fondée sur l’extraction de ressources non renouvelables.

Malgré cela, les sociétés minières font de grands efforts pour convaincre l’opinion publique de leur “durabilité”. Gardant ce but à l’esprit, le Conseil mondial des Affaires pour le Développement durable (en anglais WBCSD), représentant de plusieurs sociétés parmi les plus destructrices du monde, a commandé à l’Institut international pour l’Environnement et le Développement – qui se décrit lui-même comme une organisation à but non lucratif – “un projet indépendant de recherche et de consultation sur deux ans, dans le but de comprendre comment le secteur des mines et des minéraux peut contribuer à la transition mondiale vers le développement durable”. L’intitulé inclut, bien entendu, l’indispensable adjectif “durable”: “Projet mines, minéraux et développement durable”.

Le projet avait bien sûr un but politique, et il a fait partie du lobby des sociétés pour que le concept absurde d’ “industrie minière durable” soit inclus dans le rapport officiel du Sommet mondial pour le Développement durable (SMDD). Malgré l’opposition manifeste exprimée par les activistes, les sociétés minières ont eu gain de cause et l’exploitation minière est officiellement devenue – comme par enchantement – “durable”.

Cependant, dans le monde réel, dire que l’extraction minière n’est pas durable c’est rester très en dessous de la vérité. Ses impacts dépassent largement ce que les gens considéreraient normalement comme non durable. Les mines sont responsables de la perte des moyens de subsistance de millions de personnes; elles sont à l’origine de nombreuses guerres civiles, dictatures et interventions armées étrangères; elles sont responsables de la violation généralisée des droits humains, de l’empoisonnement des personnes et de l’environnement; elles sont l’une des causes directes et sous-jacentes les plus importantes du déboisement et de la dégradation des forêts. De tels impacts, et bien d’autres liés à l’activité minière, sont décrits dans le détail dans ce bulletin.

Il est vrai que l’humanité a besoin d’un certain nombre de minéraux pour satisfaire certains de ses besoins, qu’ils soient ou non de base. Mais il est également certain que la consommation excessive d’une partie de l’humanité est en train de ravager les moyens de vie et l’environnement de l’autre partie de l’humanité, qui habite dans des zones atteintes par l’extraction minière.

En raison de ses impacts, l’industrie minière est une de ces activités qui exigent le contrôle strict de toutes ses étapes, de la prospection et l’exploitation au transport, au traitement et à la consommation. Dans de nombreux cas, le contrôle strict veut dire, tout simplement, l’interdiction. Il serait plus que naïf de prétendre que les sociétés minières se contrôleront elles-mêmes: ce serait même absurde. Même le contrôle des gouvernements est insuffisant, lorsqu’on regarde le pouvoir économique et politique que les sociétés minières ont montré avoir sur eux. Il faut développer les capacités de la société dans son ensemble pour qu’elle prenne une part directe dans ce contrôle.

Mais avant tout, les peuples habitant les régions riches en minéraux doivent avoir la capacité de prendre des décisions tout à fait informées, avant de décider s’ils permettent les activités minières sur leurs territoires. Et au cas où ils accepteraient, ils doivent avoir le pouvoir de décider comment ces activités seront conduites, de manière à assurer la conservation de l’environnement et la justice sociale.

Malgré ses prétentions à la “durabilité”, l’industrie minière est un problème grave qui doit être traité comme tel.