Mouvement mondial pour les forêts tropicales

Papouasie-Nouvelle Guinée: les forêts rasées par des compagnies forestières malaises

Les chiffres officiels de l’Autorité forestière de la Papouasie-Nouvelle Guinée (PNG) révèlent que le pays a exporté, entre 1993 et 2001, un total de 20 millions de mètres cubes de rondins. Si ces rondins étaient placés l’un contre l’autre, ils couvriraient une étendue de plus de 1 000 kilomètres. Placés bout à bout, ils auraient une longueur de plus de 7 000 kilomètres.

Pendant les dix dernières années, la plupart de ces grumes ont été extraites de la province de West New Britain, mais ces forêts-là n’existent pratiquement plus. A l’heure actuelle, les compagnies forestières en PNG, malaises pour la plupart, obtiennent leur bois dans les provinces de l’Ouest et du Golfe.

La coupe rase de vastes étendues de forêts et l’érosion et le dégât environnemental qui s’ensuivent ont été critiqués par la Ministre du Bien-être et du développement social de la PNG, Lady Carol Kidu. Elle a affirmé que, sous le prétexte de la mondialisation inéluctable, des sociétés forestières en provenance de pays qui imposent des restrictions environnementales à leurs propres industries, s’enfoncent de plus en plus dans les forêts de la PNG, en exploitant la pénurie des propriétaires traditionnels appauvris.

La ministre a également souligné l’impact négatif de l’extraction de bois sur les femmes. “Les femmes n’ont pas été présentes à la table de négociation, et pourtant ce sont elles qui portent le fardeau des conséquences sociales et environnementales négatives”.

Les conditions de travail dans l’industrie du bois ont été exposées par le Gouverneur de la province de l’Ouest, Bob Danaya. A la suite d’une visite dans les zones d’activité extractive des entreprises Concord Pacific et Rimbunam Hijau, il a déclaré: “Lorsqu’on regarde autour de soi dans les villages, on ne perçoit aucun bénéfice tangible. Et les travailleurs des bacs sont pratiquement des esclaves, les conditions de travail sont très dures”.

La province de l’Ouest a été le théâtre de nombreuses controverses au cours des derniers mois, à la suite d’accusations d’extraction illégale contre Concord Pacific et Rimbunam Hijau. La Commission de défense du peuple (Ombudsman) a d’ailleurs recommandé la destitution du Dr Wari Iamo, président de la Direction nationale, après avoir enquêté sur ses tentatives en 1999 d’octroyer à Rimbunam Hijau l’énorme concession d’exploitation forestière de la zone de Kamula Dosa, dans la province de l’Ouest, sans passer par l’appel d’offres correspondant.

Lady Kidu prévient: “Il est estimé que dans une décennie toute la PNG aura été coupée, si nous ne prenons pas de mesures pour contrôler l’industrie de manière durable”.

Article basé sur des informations obtenues dans: “Komunity Bus Nius”, Numéro 1, septembre/octobre 2002. Envoyé par Timothy King, adresse électronique: tim@global.net.pg