Mouvement mondial pour les forêts tropicales

Appel à la mobilisation et à la coordination des luttes, en route vers Rio+20 et au-delà

La Conférence des Nations unies sur le développement durable (Rio+20) aura lieu du 18 au 23 juin 2012 à Rio de Janeiro, Brésil, vingt ans après Sommet de la Terre de 1992 (Rio 92).

C’est à partir de cette conférence historique que commença la lutte pour que les pays industrialisés assument leur responsabilité, elle aussi historique, du changement climatique. Plus tard ont commencé les luttes populaires pour la reconnaissance de la dette écologique et climatique des pays du Nord à l’égard de ceux du Sud, en une inversion de la logique concernant les dettes financières des gouvernements du Sud à l’égard des pays du Nord et des institutions financières que ces derniers contrôlent.

Cependant, la marchandisation accélérée de la vie et de la nature démarra aussi, par le biais de solutions fausses contre le changement climatique, sous la forme des marchés du carbone, et contre la diminution de la diversité biologique, sous la forme des mécanismes financiers dits innovants.

« Face à cette réalité, il faut que nous fassions de Río+20 un processus mondial de forte mobilisation, afin de lutter contre un système meurtrier qui cherche à se perpétuer à tout prix, et pour renforcer les luttes et les résistances nécessaires à notre survie grâce à l’élaboration d’alternatives non capitalistes, comme la souveraineté alimentaire », disent les organisations, les réseaux et les mouvements sociaux impliqués dans la construction du Sommet des peuples pour la justice sociale et environnementale, contra la marchandisation de la vie et de la nature et pour la défense des biens communs. Ce sommet se tiendra en même temps et dans la même ville que la Conférence Rio+20.

Les organisations convoquent « les peuples et les mouvements qui luttent contre toutes les formes d’exploitation, de déprédation et de domination à s’unir à nous en une Assemblée permanente des peuples où, face à la marchandisation de la vie et au ‘reverdissement’ du capitalisme, nous affirmerons nos droits et ceux de la Nature par-dessus la rhétorique de ‘l’économie verte’ », et « pour que Rio+20 devienne une grande mobilisation populaire qui affermisse les bases locales, régionales et mondiales nécessaires pour repousser la charge du capitalisme ‘vert’ ».

Pour adhérer à cette initiative, veuillez contacter movilizacion.rio20@gmail.com.

Le texte intégral de la convocation est disponible surhttp://wrm.org.uy/RIO+20/Nous_Mobilisons.html