Mouvement mondial pour les forêts tropicales

Indonésie : appel à l’action contre la certification des plantations d’arbres de Riau Andalan Pulp & Paper

Le géant de la pâte à papier Riau Andalan Pulp and Paper (RAPP), qui opère dans la province de Riau, a demandé à l’Institut indonésien des écolabels (LEI) un certificat de gestion forestière pour ses plantations.

Les ONG de Riau et plusieurs ONG nationales et régionales s’opposent catégoriquement à cette demande pour les raisons suivantes :

* Selon les images de Landsat, « il y a eu une conversion de la terre bien avant la délivrance du permis définitif le 1er octobre 2004 ». D’après la « Réponse critique » de la société civile [1], bien avant que le ministre des Forêts n’accorde 75 640 hectares à l’entreprise, la RAPP avait abattu les forêts naturelles à l’endroit où se trouve son Secteur Pelalawan.

* 46,43 % de la plantation industrielle d’arbres de RAPP située dans le secteur Pelalawan se trouvent à l’intérieur de la Forêt Protégée définie en application du Plan 1994 pour l’aménagement territorial de la Province de Riau. Il s’agit d’une violation directe de plusieurs normes et critères gouvernementaux suivant lesquels les plantations industrielles d’arbres ne sont autorisées que dans les « Forêts de Production » (destinées à l’extraction de bois).

* Tout le secteur HTI–Pelalawan de la RAPP était une forêt naturelle intacte avant d’être exploité par l’entreprise, comme le montre une image captée en 1996 par Landsat.

Dans leur appel à l’action [2] lancé en janvier 2008, plusieurs ONG :

– Demandent au LEI d’annuler la demande de certification, actuellement à l’étude chez le certificateur Mutu Agung Lestari;

– Demandent aux acheteurs et consommateurs de ne pas acheter la pâte et le papier de cette entreprise, parce qu’ils sont produits au prix de la destruction de la forêt et en violation directe de la législation indonésienne ;

– Soutiennent le gouvernement de l’Indonésie (responsable de l’application de la loi) pour qu’il poursuive les démarches légales contre la RAPP pour la violation des termes de son permis. »

[1] [http://www.wrm.org.uy/countries/Indonesia/Civil_Society_Critical_Response.pdf

[2] http://www.wrm.org.uy/countries/Indonesia/Campaign_Action.html]

Article fondé sur les documents mentionnés rédigés par plusieurs ONG, envoyé par Rivani Noor, CAPPA, adresse électronique : rivani@cappa.or.id, www.cappa.or.id.