Mouvement mondial pour les forêts tropicales

Indonésie: ce grand producteur d’huile de palme est-il aussi un grand émetteur de gaz à effet de serre?

L’Indonésie, l’un des premiers producteurs d’huile de palme, a atteint en 2006 une production de 16 millions de tonnes, après avoir triplé, entre 1995 et 2005, la superficie plantée de palmiers.

Le gouvernement du pays avait suspendu la transformation des forêts domaniales en plantations agricoles, quoique sans préciser pendant combien de temps ni s’il s’agissait d’interdire la conversion des forêts ou d’interdire que celles-ci soient reclassées pour permettre d’y faire des plantations (Cf. Bulletin nº 124 du WRM). Pourtant, la politique du pays en matière d’huile de palme semble être d’en accroître toujours la production. Il est prévu d’ajouter 10 ou 11 millions d’hectares aux six millions déjà plantés de palmier à huile pour répondre à la demande mondiale.

L’huile de palme est utilisée dans de nombreux produits alimentaires et biens de consommation, et elle est en outre l’une des matières premières principales du biodiesel, à présent en plein essor. Début 2007, l’Union européenne s’est fixé l’objectif de porter à 10 %, d’ici à 2020, la part des biocarburants dans les carburants utilisés pour le transport.

Pour porter la production d’huile de palme de l’Indonésie à 40 millions de tonnes d’ici à 2020, il s’avère nécessaire d’ajouter près de 300 000 ha par an de nouvelles plantations. D’après un rapport du ministère des Forêts indonésien et de l’Union européenne cité dans un article d’Hilary Chiew (1), il sera inévitable que la plupart des nouvelles plantations soient établies dans des zones humides, puisque les terres sèches, quoique plus désirables, sont déjà occupées.

Le fabricant indien d’huile comestible Jhunjhunwala Vanaspati Ltd a récemment annoncé son projet d’acheter 20 000 hectares de plantations de palmier à huile en Indonésie, pour un montant de 38 millions de dollars. D’après Reuters (2), le directeur de l’entreprise, S.N. Jhunjhunwala, a dit qu’ils « cherchaient des plantations vierges ou en production en Indonésie ». Pour cette entreprise indienne, l’opération a deux objectifs. Premièrement, il s’agit de baisser les coûts. Le coût de production des huiles comestibles est en train d’augmenter ; en achetant des plantations à l’étranger, les entreprises indiennes peuvent réduire les frais d’importation de l’huile de palme crue.

D’autre part, en Indonésie ces entreprises évitent la législation qui les empêche d’acquérir en Inde les grandes étendues dont elles ont besoin. Ainsi, elles se dirigent vers des pays du Sud-Est ou d’Amérique du Sud, où les réglementations sont moins strictes.

Pourtant, cette belle affaire pèse lourd sur les habitants et l’environnement. Presque un quart des plantations de palmier à huile de l’Indonésie sont établies dans la province de Riau, où abondent les tourbières. Ces tourbières riches en carbone sont asséchées et brûlées à cette fin, lâchant dans l’atmosphère d’énormes quantités de dioxyde de carbone. D’après Wetland International, c’est la raison pour laquelle l’Indonésie est troisième parmi les principaux émetteurs de gaz à effet de serre et responsables du réchauffement planétaire, après les États-Unis et la Chine.

L’Agence indonésienne d’évaluation et application technologique (BPPT) allègue que les calculs n’ont pas tenu compte de la capacité d’absorption de carbone des forêts indonésiennes, qui réduit le résultat final.

Que le pays figure troisième ou quatorzième sur la liste des principaux émetteurs, la destruction des forêts tropicales pour la plantation de palmier à huile représente, comme le signale le Rapport sur le développement humain 2007/2008 du PNUD, « l’érosion d’une ressource qui joue un rôle vital dans la vie des pauvres, dans le système écologique et dans la biodiversité ». Le rapport du PNUD reconnaît de même que « l’expansion rapide du marché [de l’huile de palme] est allée de pair avec l’érosion des droits des petits exploitants agricoles et des peuples premiers ». Donc, pour qui l’affaire est-elle bonne ?

Article fondé sur des informations tirées de :

(1) “Eco-conscious palm oil”, Hilary Chiew, The Star Online, http://thestar.com.my/lifestyle/story.asp?
file=/2008/1/1/lifefocus/19561783&sec=lifefocus
 ;

(2) “India firm eyes oil palm plantations in Indonesia”, Reuters, http://in.news.yahoo.com/071121/137/6nj6g.html ; “Indian firms scout for farms overseas”, M.R. Subramani, The Hindu Business Line,http://www.thehindubusinessline.com/2007/12/03/stories/2007120350860500.htm ; Rapport mondial sur le développement humain 2007/2008, PNUD, http://hdr.undp.org/en/media/hdr_20072008_fr_complete.pdf.