Mouvement mondial pour les forêts tropicales

La Vía Campesina à la CDB : “ la biodiversité doit rester un bien commun”

La Vía Campesina (LVC), mouvement mondial des paysans, a suivi les discussions de la CDB et, dans un communiqué de presse, a affirmé que, « au lieu de protéger la biodiversité, les discussions de la CDB dégénèrent et s’orientent vers une discussion sur la privatisation et la commercialisation de la biodiversité, dans le but de donner aux grandes entreprises le contrôle de la biodiversité à des fins commerciales, au détriment des paysans, des pêcheurs et des populations indigènes qui la protègent et en prennent soin ».

L’organisation prévient que « la CDB traite aussi de technologies risquées, non testées et non débattues, comme par exemple les nouveaux types de biologie synthétique, les OGM et la géo-ingénierie ».

La véritable solution, dit La Vía, « est de maintenir la biodiversité comme un bien commun, aux mains des paysans, des pêcheurs, des pasteurs et des peuples indigènes, pour que tous puissent l’utiliser et la développer pour la production d’aliments et pour la survie des hommes. Il est de notoriété publique que les paysans, les pêcheurs et les pasteurs ont développé et renouvelé la biodiversité au cours des millénaires. Leurs connaissances et leur expertise sont essentielles à sa préservation ».

La Vía Campesina a lancé un appel à la conférence de la CDB pour qu’elle s’engage immédiatement dans l’adoption des mesures suivantes :

1. Interdire l’introduction et la culture de semences OGM.

2. Supprimer graduellement l’utilisation de pesticides chimiques.

3. Passer de l’utilisation d’engrais chimiques à celle de méthodes agro-écologiques en utilisant davantage de matières organiques et en augmentant la population de microorganismes du sol.

4. Rejeter la proposition de l’Économie verte qui fixe un prix à la nature et à ses fonctions.

5. Réaffirmer et maintenir le moratoire sur les technologies « terminator » et le moratoire sur la géo-ingénierie.

6. Établir d’urgence un moratoire sur la biologie synthétique.

Le texte intégral du communiqué de presse de la Vía Campesina figure à l’adresse http://viacampesina.org/fr/index.php/les-grands-ths-mainmenu-27/biodiversitt-resources-gtiques-mainmenu-37/706-convention-sur-la-diversite-biologique-paysannes-et-paysans-demandent-la-fin-de-la-commercialisation-de-la-biodiversite-les-semences-ogm-et-la-biologie-synthetique.