Mouvement mondial pour les forêts tropicales

Le colonialisme du carbone : L’échec du projet de compensation de carbone de Green Resources en Ouganda

Green Resources – une entreprise norvégienne spécialisée dans les plantations d’arbres, la compensation carbone, les produits ligneux et les énergies renouvelables – se présente comme une entreprise citoyenne respectable. Green Resources prétend avoir planté plus d’arbres en Afrique que toute autre entreprise privée au cours des dix dernières années, et avoir investi plus de 125 millions USD dans la plantation d’arbres, tout en offrant en plus un éventail d’initiatives de développement communautaire. (1) Malgré ces affirmations, les impacts dévastateurs de Green Resources sont mis en évidence depuis plusieurs années. Dans son rapport de 2014, par exemple, l’Oakland Institute a documenté les manquements commis par Green Resources sur ses deux sites de projets en Ouganda – Kachung et Bukaleba. (2) Les dommages sociaux, culturels et environnementaux causés par Green Resources ont été qualifiés de violence du carbone, étant donné que les souffrances et les destructions rapportées étaient directement liées à la création de plantations forestières industrielles en monoculture destinées à entrer sur les marchés du carbone. (3) La création de ces marchés repose sur l’idée que l’on peut mesurer la quantité potentielle de dioxyde de carbone qu’une étendue boisée peut séquestrer, et attribuer une valeur économique à ce « service ». Cette valeur économique est transformée en crédits carbone, qui sont principalement vendus aux gouvernements et à l’industrie afin de « compenser » leur pollution.

Suite à la révélation du mauvais comportement de Green Resources sur son site de Kachung, l’agence suédoise de l’énergie, le seul acheteur de crédits carbone de Green Resources, (4) a suspendu ses paiements à l’entreprise en novembre 2015. (5) Elle a définit dix actions que l’entreprise doit entreprendre pour que les paiements soient rétablis. En expliquant sa décision de se retirer de cet accord d’achat, l’Agence suédoise de l’énergie mis en exergue les problèmes qui se posaient en matière de droits de l’homme. (6) Les graves manquements dans le comportement de Green Resources ont coûté à l’entreprise l’accès à son marché du carbone.

Comment Green Resources a-t-il réagi à la perte de son unique acheteur de carbone ? En décembre 2017, l’Oakland Institute a publié un rapport de suivi intitulé « Carbon Colonialism : Failure of Green Resources’ Carbon Offset Project in Uganda ». (7) Ce rapport examine les affirmations de l’entreprise, sur le terrain à Kachung, en réponse aux villageois. Ces résultats montrent que Green Resources ne prend toujours pas au sérieux les plaintes adressées à l’entreprise et qu’elle ne réagit toujours pas de manière responsable face aux impacts sociaux et environnementaux négatifs résultant directement de son projet.

Contexte

Le nord de l’Ouganda accueille certaines des communautés les plus vulnérables du pays. (8) Les taux de pauvreté sont élevés et l’espérance de vie est faible. La région est également confrontée à des insuffisances dans l’accès aux services vitaux, notamment l’éducation, l’eau potable, l’assainissement et la santé. (9) C’est ici que Green Resources exerce ses activités sous les noms de Busoga Forestry Company (BFC) et de Lango Forestry Company. Green Resources indique qu’il compte entre 80 et 105 actionnaires privés, y compris des acteurs majeurs tels que Diversified International Finance (20,1 %), New Africa/Asprem (9,6 %) et Sundt AS (8,7 %). (10) Green Resources a également reçu un soutien important – environ 33 millions USD (11) – des institutions publiques de financement du développement, notamment Norfund (Norvège), FMO (Pays-Bas) et Finnfund (Finlande).

Green Resources a obtenu une licence de l’Office national des forêts (NFA) pour créer une plantation industrielle d’arbres dans la réserve forestière centrale de Kachung en 1999. Les opérations de reboisement ont débuté en 2006 et la plantation est maintenant terminée, avec la création et la gestion de plantations essentiellement monoculturales (environ 90 % des arbres plantés sont des Pinus carribea hondurensis et le reste diverses espèces d’Eucalyptus) sur environ 2 050 hectares. Le projet est certifié par le Forest Stewardship Council (FSC), reconnu comme un projet de Mécanisme de développement propre (MDP), et a été validé en 2011 en conformité avec la Norme Climat communauté et biodiversité (CCBS). Les seuls crédits carbone de Kachung ont été achetés par l’Agence suédoise de l’énergie; un organisme gouvernemental qui relève du ministère de l’Environnement et de l’Énergie. L’Agence suédoise de l’énergie a initialement versé 150 000 USD à Green Resources, mais le paiement du solde est incertain, en attente d’une décision de rétablissement des versements en 2018. (12)

Dix-sept villages sont directement adjacents à la zone de concession de Green Resources, dans la réserve forestière centrale de Kachung, et impactés par les activités de l’entreprise. Leurs moyens d’existence dépendent d’une agriculture de subsistance à petite échelle, de la pêche et de l’élevage. (13) Compte tenu de leur très forte dépendance à la terre pour la production vivrière de subsistance et le pâturage, la perte de terres due au projet de plantation présente des problèmes aigus pour les communautés locales.

Colonialisme du carbone

Le dernier rapport de l’Institut Oakland met en lumière les fausses solutions au changement climatique promues par les sociétés et institutions occidentales en Afrique. Les recherches approfondies menées sur le terrain entre novembre 2016 et août 2017 en Ouganda révèlent que Green Resources porte atteinte à la sécurité alimentaire et aux moyens de subsistance en excluant des populations de leurs propres terres.

Le rapport révèle que Green Resources exagère les opportunités d’emplois offertes, tout en éludant ses responsabilités en matière de conditions de santé et de sécurité pour ses travailleurs. Les villageois continuent également de se battre pour obtenir un accès au bois de chauffage et à l’eau, des problèmes vis-à-vis desquels Green Resources n’a pas fait grand-chose. Plus fondamentalement, les villageois continuent à avoir du mal à accéder à des terres pour produire leur alimentation et faire paître les animaux, ce qui renforce l’insécurité alimentaire dans la région.

Le projet de plantation forestière industrielle et de compensation carbone mené par Green Resources sur son site de Kachung est, tout simplement, incompatible avec la présence et les besoins des populations locales qui dépendent de ces mêmes terres pour leur subsistance. Les impacts de ce projet portent directement atteinte aux moyens de subsistance locaux et menacent la survie même des villageois.

Les marchés du carbone trahissent la confiance des populations et de la planète

Les dysfonctionnements du projet de plantation forestière industrielle et de compensation carbone de Green Resources en Ouganda révèlent les limites des marchés du carbone. Tandis que les villageois supportent les coûts sociaux, environnementaux et autres de ce projet, l’entreprise est autorisée à tirer encore plus de profits de ses plantations destructrices en les présentant comme des « puits de carbone ».

Ce système représente un colonialisme du carbone (14) en pleine action, les ressources naturelles d’un pays africain étant exploitées par des intérêts étrangers sous couvert de développement durable, et à un coût élevé pour les populations et l’environnement.

Ces circonstances devraient inquiéter sérieusement les actionnaires et les bailleurs de fonds de Green Resources, qui partagent avec l’entreprise la responsabilité de soutenir un projet qui a un impact négatif sur les populations locales.

Alors que l’Agence suédoise de l’énergie réévalue la possibilité de reprendre les paiements à Green Resources au début de 2018, le dernier rapport d’Oakland Institute constitue un réquisitoire irréfutable sur l’incapacité de Green Resources à assumer la responsabilité des impacts négatifs de ses activités sur les communautés locales.

Vous pouvez consulter le dernier rapport de l’Oakland Institute ici : https://www.oaklandinstitute.org/carbon-colonialism-failure-green-resources-carbon-offset-project-uganda

Kristen Lyons, Kristen.lyons@uq.edu.au
Senior Fellow à l’Oakland Institute et professeure à l’École des sciences sociales de l’Université de Queensland, en Australie.

(1) Lyons, K., Richards, C. et Westoby, P. (2014) The Darker Side of Green : Plantation Forestry and Carbon Violence in Uganda – The Case of Green Resources’ Forestry Based Carbon Markets. The Oakland Institute. https://www.oaklandinstitute.org/darker-side-green (consulté le 23 mai 2017)
(2) Idem (1)
(3) Lyons, K. et Westoby, P. (2014) « Carbon Markets and the New ‘Carbon Violence’ : A Story from Uganda », International Journal of African Renaissance Studies, Special Edition on Green Grabbing. Vol. 9, n° 2, p. 77-94.
(4) Arunsavath, F. et Shamsher, S. Lessons Learnt From Kachung (2015) SwedWatch. http://www.swedwatch.org/en/2015/11/05/lessons-learned-kachung (consulté le 14 mai 2017); Swedish Energy Agency. Kachung – Sustainability in International Climate Projects (2015) Swedish Energy Agency. https://archive.is/zOetZ#selection-39023.1-39023.242 (consulté le 21 avril 2017).
(5) « Sweden Freezes Carbon Payments to Green Resources Due to Land Conflicts » (2016) Development Today. http://devtoday.no/magazine/2015/dt_15/business/sweden_freezes_carbon_payments_to_green_resources_due_to_land_conflicts (consulté le 25 août 2017).
(6) « Swedish Agency Monitors Green Resources Plantation in Uganda Pending 2018 Carbon Pay-Out » (2016) Development Today : 12-13. http://www.development-today.com/magazine/2016/dt_12-13/business/swedish_agency_monitors_green_resources_plantation_in_uganda_pending_2018_carbon_pay-out (consulté le 14 mars 2017).
(7) Lyons, K. and Ssemwogerere, D. (2017) Carbon Colonialism. Failure of Green Resources’ Carbon Offset Project in Uganda, Oakland Institute : Californie. Consultable sur https://www.oaklandinstitute.org/carbon-colonialism-failure-green-resources-carbon-offset-project-uganda
(8) Climate Focus. Kachung Forest Project : Afforestation on Degraded Land. Kachung Forest Project : Afforestation on Degraded Land (2011). https://www.scribd.com/doc/303944478/Due-Diligence-Kachung (consulté le 14 avril 2017).
(9) Kyalimpa, D. and William, S. Socioeconomic Impact Assessment of Busoga Forestry Company Operations Dokolo District. Préparé pour Busoga Forestry Company Limited. 2016.
(10) Green Resources. 2015/2016 Accounts and Directors Report. http://dev.greenresources.no/Portals/0/pdf/GR-Annual-Report2015-16.pdf (consulté le 21 août 2017).
(11) Idem (6)
(12) Idem (6)
(13) Idem (9)
(14) Lyons, K. and Westoby, P. (2014) « Carbon Colonialism and the New Land Grab : Plantation Forestry in Uganda and Its Livelihood Impacts. » Journal of Rural Studies 36 : 13 – 21.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *